Le coléoptère Aethina tumida un nouvel ennemi

Le coléoptère Aethina tumida a été repéré en Italie du sud. Sa multiplication peut être très rapide et constitue une menace sérieuse pour l’ensemble du cheptel apicole européen.Découvert le 5 septembre, le coléoptère a déjà infesté 13 ruchers dans une zone de 20 km autour du foyer initial.

Classé en France « danger sanitaire de première catégorie », Aethina tumida fait l’objet d’une réglementation spécifique impliquant les services de l’État.

Il est nécessaire de mettre en oeuvre une réglementation au plus vite et  une surveillance des ruchers, en particulier de ceux qui ont pu, à la suite d’un contact ou d’un achat de matériel apicole en provenance d’Italie, introduire le coléoptère en France.

La surveillance est donc de mise et les contacts suivants utiles :  www.beekeeping.com/fnosad/ ; www.plateformeesa. fr/; www.anses.fr/fr/ content/sant % C3 % A9desabeilles.

larves Aethina tumida C’est au stade de larve que l’Aethina tumida est le plus nuisible car une fois introduit dans une colonie, le coléoptère se multiplie. Après éclosion, les oeufs donnent des larves qui se nourrissent du couvain, du pain d’abeille et du miel. C’est la mort de la ruche assurée. La larve mesure environ 1 cm de long, elle est de couleur blanccrème. Elle peut à première vue ressembler à la larve de la fausse teigne (Galleria mellonella). Un examen plus approfondi permet de distinguer aisément la présence de trois paires de longues pattes sur sa partie antérieure, d’épines dorsales sur chaque segment et de deux épines protubérantes à l’arrière. Les adultes mesurent de 5 à 7 mm, De couleur claire, le coléoptère  s’assombrit pour devenir brun à noir. La tête, le pronotum et l’abdomen sont bien séparés. Une caractéristique clé est que ses élytres sont plus petits que son abdomen si bien que le bas est bien visible.

Laisser un commentaire

Cliquez ici pour annuler la réponse

requis

ne sera pas publié, requis